Photographie de Rue

Home/Photographie de Rue

Photographie de Rue

Photographie de rue : Composition

La photographie de rue s’inscrit dans le genre documentaire. Elle se pratique habituellement dans l’espace public et illustre des moments spontanés de la vie quotidienne. Henri Cartier-Bresson, entre autres, a popularisé ce type de photographie artistique en France. Aujourd’hui, ses images inspirent beaucoup de photographes dans ce domaine.

Est-ce qu’il y a un meilleur endroit pour faire de la photographie de rue que Marseille, France? Après tout, c’est là qu’Henri Cartier-Bresson a acheté son premier appareil photo Leica! Me voici donc à Marseille à faire de la photographie de rue et à essayer de tirer le meilleur de chaque instant. Je regarde avidement autour de moi.

La photographie de rue est-elle appropriée pour raconter une histoire?

Photographie de rue doit raconter une histoire ou nous inspirer une histoire potentielle. Elle n’a pas à tout dire ! Elle a avantage à laisser des questions sans réponse.

J’aime beaucoup cette photo prise en 2011, alors que j’étais à Marseille. Ce couple n’est plus dans la vingtaine. Régulièrement nous voyons de jeunes gens marchant tenant leurs mains en public, c’est moins fréquent pour les adultes d’âge mûr. Au moment de cette photo, ils regardaient dans la même direction, ce qui contribue à notre curiosité. En regardant leurs vêtements, sac à dos, etc., on est amené à croire qu’il s’agit de touriste visitant la ville. Raconter une histoire !

Certains diront que de les prendre par derrière alors que l’on ne peut pas voir leur visage et leur expression nuit à cette photo et je suis d’accord. Cependant, la photographie de rue consiste à voler un moment à des étrangers… Je dirais même que l’histoire est plus importante que les considérations sur la composition.

En parlant de composition, j’ai délibérément incliné l’appareil photo tout en prenant l’image pour créer un intérêt supplémentaire. C’est ce qu’on appelle un dutch angle. Nous reviendrons sur ceci un peu plus tard dans cet article.

Les interactions entre les personnes est l’un des sujets privilégiés de la photographie de rue. C’est souvent le point de départ d’une histoire que nous finirons de nous raconter en inventant le milieu et la fin.

Post-traitement

À l’aide de Silver eFex Pro de Nik Software , j’ai choisi une vignette plus claire, ce qui est inhabituel, j’en conviens. Dans ce cas, j’ai cru qu’une vignette plus claire aiderait le spectateur à s’attarder sur le sujet, puisque l’arrière-plan est assez lumineux. J’ai ajouté du bruit pour émuler le film négatif Fuji Film FP4 (une des options de Silver eFex). Cela contribue à créer ce look ancien qui était caractéristique des photos d’Henri Cartier-Bresson. N’hésitez pas à commenter ces choix que j’ai faits.

Attention !

Ceci étant dit, faites attention lors de la publication de photos prises dans la rue. Bien que personne ne puisse vous empêcher de prendre des photos, il y a un code de conduite qui s’applique à la publication de photo d’inconnus. En outre, la plupart des pays ont des législations qui pourraient vous empêcher de publier une photo en fonction de divers facteurs.

Puisque j’utilise ces photos dans un but éditorial, journalistique et éducatif, mon code de conduite est le suivant : je publie uniquement des images qui mettent le sujet en valeur. Lorsque les gens pourraient être reconnus et que je les connais, je demande l’autorisation avant du publier.

Maintenant sur la question principale que soulève cette photo. Que pensez-vous de la technique qui consiste à incliner la caméra comme on peut voir ici? Lisez un peu plus à ce sujet sur Wikipedia et donner-moi votre opinion.

 

Leave A Comment